Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2018 6 13 /10 /octobre /2018 18:28

Il existe nombre d’idées reçues et de préjugés en matière de pauvreté.


En voici quelques-uns ; pour chacun d’eux, nous proposons une piste de réponse.

 

1. « Les pauvres sont tous des profiteurs »


En Belgique, environ une personne sur sept vit avec un montant inférieur au seuil
de pauvreté (1.139 euros net par mois pour un isolé sans enfant à charge). Les
revenus d’un tiers des Bruxellois sont en-dessous du seuil de pauvreté. Ce taux
est à 19,4% en Wallonie.


5,5% des Belges souffrent de privation matérielle grave, ce qui signifie qu’ils ne
peuvent pas acquérir des biens ou des services qui sont considérés comme
essentiels pour vivre (payer leur loyer, chauffer leur domicile, etc.).


Sans la Sécurité sociale et l'aide sociale, le niveau de pauvreté serait encore bien
plus élevé en Belgique. Si aucune allocation sociale (y compris les pensions de
retraite) n’était versée, le risque de pauvreté grimperait à 44,2% de la population.
Si seules les pensions de retraite étaient versées (à l’exclusion de toute autre
allocation), 26,3% de la population se trouverait sous le seuil de pauvreté.


En Belgique, on estime que 62% des personnes susceptibles de toucher le revenu
d’intégration sociale (RIS) octroyé par les CPAS ne le font pas.


On est donc loin du cliché « Les pauvres sont tous des profiteurs ».


2. « C’est pas le travail qui manque ; qui cherche trouve »


A Bruxelles, pour 7 personnes qui cherchent du travail, il n’y a qu’un seul emploi
disponible. En Wallonie, c’est 10 personnes pour un job.

3. « Pour sortir de la pauvreté, il faut juste de la volonté »


En Belgique, un enfant de cadre supérieur a 53 fois plus de chance de devenir
cadre qu’un enfant d’ouvrier.


4. « Les chômeurs vont ruiner la Sécurité sociale »


En Belgique, seulement 9% des dépenses de la Sécurité sociale servent à payer
les allocations de chômage.
80% du budget de la Sécurité sociale sont destinés aux pensions et aux soins de
santé.


5. « C’est presque aussi avantageux de travailler que d’être au CPAS »


En Belgique, le salaire minimum d’un travailleur sans enfant est de
1464,84 euros/mois net. Au CPAS, cette même personne touche 892,70 euros.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires